Recherche

€ 0 à € 9.000.000

Nous avons trouvé 0 résultats. Voir les résultats
Recherche

€ 0 à € 9.000.000

nous avons trouvé 0 résultats
Résultat de votre recherche

Impôts lors de la vente d’un bien immobilier en Espagne

Temps de lecture estimé : 10 minutes

Home » Impôts lors de la vente d’un bien immobilier en Espagne

Vente d’impôts sur les habitations en Espagne : Il n’est pas toujours facile de vendre une propriété. Certainement pas dans les pays étrangers où, outre les différences de législation, la langue peut également constituer une pierre d’achoppement. Dans ce blog, nous expliquons : quels sont les impôts à prendre en compte ou non, l’exonération de l’ISF en 2023 et le calcul de l’ISF.

Frais de vente d’un bien immobilier en Espagne en 2023

Une fois que vous avez trouvé un acheteur potentiel, vous devez prendre en compte différents coûts pour mener à bien la vente. En 2023, ces coûts comprennent trois aspects spécifiques :

1. Contrat de vente provisoire

Ce document, connu en Espagne sous le nom de « contrato de arras », n’est pas obligatoire mais fortement recommandé. En effet, un contrat de vente préliminaire protège à la fois le vendeur et l’acheteur au cas où l’une des parties se retirerait avant la signature du contrat de vente final.

L’avant-contrat de vente contient toutes les conditions convenues entre les deux parties lors des négociations, telles que le prix de vente final, la date limite de signature, le partage des coûts, les pénalités en cas de rupture du contrat, etc.

Le coût de la rédaction d’un contrat de vente préliminaire en Espagne varie en fonction de la personne chargée de le rédiger. Si vous rédigez le contrat vous-même, il n’y a pas de frais. Si une agence immobilière s’en charge pour vous, ces coûts seront inclus dans sa commission de vente. Si un avocat s’en charge pour vous, le coût est généralement d’environ 100 euros.

2. Frais de notaire

Il s’agit du coût de la préparation de l’acte notarié, y compris les honoraires du notaire lui-même. En général, ces frais sont entièrement à la charge de l’acheteur, bien que le code civil stipule que le vendeur est responsable des frais de l’acte de vente publique ; l’acheteur paie la première copie et les copies ultérieures.

Le montant final des frais de notaire dépend du prix de vente du bien. Les frais de notaire, également appelés tarifs, sont réglementés par les pouvoirs publics et tous les notaires facturent les mêmes frais pour les mêmes services. Pour l’exécution de l’acte de vente publique, les prix varient généralement entre 600 et 875 euros, en fonction de la valeur du bien.

3. Commission de courtage

Si vous avez fait appel à un agent immobilier pour superviser la vente de votre maison en Espagne, vous devrez payer les frais associés. Le montant de ces frais dépend fortement des conditions du marché (type de bien, situation géographique, etc.) et du prix de vente du bien. En règle générale, l’agent immobilier perçoit un pourcentage prédéterminé du prix de vente final du bien.

Lors de la vente d’un bien immobilier en Espagne en 2023, il est essentiel de tenir compte de ces coûts afin de se faire une idée précise des aspects financiers de la transaction.

Vendre maison taxes Espagne

Lors de la vente d’une maison en Espagne, plusieurs taxes doivent être prises en compte. Les taxes de vente en un coup d’œil :

  1. Impôt sur les bénéfices (Plusvalía Municipal) : Il s’agit d’un impôt local calculé sur la base de l’augmentation de la valeur de votre propriété depuis la dernière vente. Le taux varie en fonction de la commune dans laquelle se trouve votre logement. Veillez à vérifier les tarifs exacts en vigueur dans votre commune afin de savoir à quoi vous attendre.
  2. Impôt sur le revenu (Impuesto sobre la Renta de las Personas Físicas – IRPF) : en tant que non-résident, vous devez également payer l’impôt sur le revenu sur le bénéfice réalisé lors de la vente de votre maison. Le taux varie entre 19 % et 24 % de la plus-value réalisée, en fonction du montant du bénéfice.
  3. Impôt sur les non-résidents (Impuesto sobre la Renta de No Residentes – IRNR) : Si vous n’êtes pas résident fiscal en Espagne, 3 % du prix de vente sont retenus à titre d’impôt provisoire. Cette somme peut être compensée par la suite par d’éventuels impôts à payer.
  4. Impôt sur les plus-values (Impuesto sobre el Incremento de Patrimonio de la Venta de un Inmueble – Plusvalía Municipal) : Il s’agit d’un impôt local calculé sur la base du bénéfice réalisé sur la vente d’un bien immobilier. Là encore, le taux et le calcul varient d’une municipalité à l’autre.
vente d'une maison taxes

En savoir plus sur l’impôt sur le revenu en Espagne

Lorsqu’il s’agit de discuter des bénéfices et de leur imposition en Espagne, il convient d’adopter une approche à multiples facettes. Trois éléments essentiels entrent en jeu : la « complexité » (perplexité), la « changeabilité » (éclatement) et l' »imprévisibilité » (prévisibilité). Approfondissons ces concepts pour mieux comprendre les subtilités de l’impôt sur les bénéfices pour l’année 2023 selon les autorités fiscales espagnoles.

Impôt sur le revenu pour 2023 en Espagne :

  • Bénéfices jusqu’à 6 000 euros : soumis à un taux d’imposition de 19 %.
  • Revenus compris entre 6 000 et 50 000 euros : soumis à un taux d’imposition de 21 %.
  • Revenus compris entre 50 000 et 200 000 euros : soumis à un taux d’imposition de 23 %.
  • Les revenus compris entre 200 000 et 300 000 euros sont imposés au taux de 27 %.
  • Revenu supérieur à 300 000 euros : taux d’imposition de 28 %.
  • Il convient de noter que ces taux sont appliqués progressivement, ce qui crée une structure fiscale dynamique. Par exemple, les premiers 6 000 euros de bénéfices sont imposés à 19 %, la partie comprise entre 6 000 et 50 000 euros est imposée à 21 %, et ainsi de suite.

Exceptions

Il existe toutefois certaines exceptions permettant de réduire l’impôt sur le revenu lors de la vente d’un bien immobilier en Espagne :

  • Si vous avez 65 ans ou plus et que vous avez vendu votre résidence principale ou que vous avez souscrit une rente alors que le bien vendu était une résidence secondaire.
  • Si vous prévoyez de réinvestir le produit de la vente dans l’achat d’un nouveau logement qui deviendra votre résidence principale.
  • En cas de règlement de dettes (dación en pago), lorsque le bien immobilier est restitué à la banque parce que vous n’êtes pas en mesure d’honorer les paiements hypothécaires.
  • Si vous êtes une personne en situation de dépendance sévère ou de grande dépendance, conformément à la loi espagnole promouvant l’autonomie personnelle et la prise en charge des personnes en situation de dépendance.
  • Si l’achat du bien a eu lieu entre le 12/05/2012 et le 31/12/2012, vous bénéficiez alors d’une exonération de 50 % sur la plus-value réalisée.

Exonération de l’impôt sur la fortune en 2023

L’Espagne prévoit certaines exonérations de l’impôt sur la fortune impôt sur le patrimoine qui pourraient s’appliquer en 2023 aux taxes sur les ventes de maisons :

  1. Exonération des droits de succession : si vous avez utilisé votre maison comme résidence principale et que vous remplissez certaines conditions, vous pouvez bénéficier d’une exonération des droits de succession. Cela peut varier en fonction de la région où se trouve votre bien.
  2. Exemption pour les petits montants : Certaines régions d’Espagne disposent d’une exonération pour les petits montants, ce qui signifie que vous pouvez ne pas avoir à payer l’impôt sur la fortune si votre patrimoine est inférieur à un certain seuil.

Calcul de l’impôt sur la fortune

L’impôt sur le patrimoine en Espagne est calculé sur la base de la valeur de tous vos actifs, y compris les biens immobiliers, les comptes bancaires, les investissements et autres actifs. Voici quelques étapes pour calculer l’impôt sur les plus-values lors de la vente d’une maison :

  1. Dressez une liste de tous vos biens : Recueillez des informations sur la valeur de vos biens immobiliers, de vos comptes bancaires, de vos actions, de vos obligations et de vos autres actifs.
  2. Déterminer les exonérations applicables : Vérifiez votre éligibilité à d’éventuelles exonérations en fonction de votre situation personnelle et de la région dans laquelle se trouve votre bien.
  3. Calculer la base imposable : soustrayez les exonérations de la valeur totale de votre patrimoine pour déterminer la base imposable.
  4. Déterminer le taux : Le taux varie en fonction de la valeur de la base imposable et de la région. Consultez les autorités fiscales ou un conseiller fiscal pour connaître les taux exacts.
  5. Calculer l’impôt sur les plus-values : Multiplier la base imposable par le taux applicable pour calculer l’impôt sur les plus-values.

Il est important de se rappeler que les lois et les taux d’imposition peuvent changer en Espagne. Il est donc conseillé de toujours consulter des informations actualisées sur les impôts liés à la vente d’une maison et de demander l’avis d’un professionnel si nécessaire (ceci est recommandé pour éviter les surprises, car le calcul de l’impôt sur la fortune n’est pas simple). La vente d’un bien immobilier en Espagne peut être une tâche difficile, mais avec les connaissances et les conseils appropriés, vous pouvez vous assurer que vous êtes en conformité avec la législation espagnole.

FAQ

1. Quel est le montant de l’impôt à payer lors de la vente d’une maison en Espagne ?

Si vous envisagez d’acheter une maison en Espagne, le paiement de l’impôt n’est peut-être pas la première chose qui vous vient à l’esprit. Mais il est important de connaître les règles fiscales avant de procéder à l’achat. L’administration fiscale espagnole, l’Hacienda, applique un taux d’imposition spécial pour les personnes qui vendent une maison. Il existe deux taxes liées à la vente d’une maison : une taxe sur l’acquisition de capital et une taxe sur la location, en fonction de la destination de la maison vendue et de la période pendant laquelle elle a été louée. Si vous vendez une maison, vous devrez généralement payer un impôt sur l’acquisition de capital, qui s’élève à un pour cent du prix de vente. Si le vendeur a loué le bien, il peut également être tenu de payer une taxe locative. Selon les circonstances, il peut aller jusqu’à 19 %, et les taux d’imposition peuvent varier en fonction de la région autonome dans laquelle se trouve votre logement. Si vous devez payer des impôts lors de la vente d’un logement, il est important d’obtenir les bonnes informations sur votre situation fiscale avant de procéder à la vente.

2. Quel est le montant de l’impôt sur la fortune en Espagne ?

En Espagne, l’impôt sur le patrimoine est prélevé sur les propriétés et les successions. La taxe est de 0,2 % à 0,3 % de la valeur de votre bien, avec un taux maximum de 2,5 %. Le taux dépend de l’année d’achat et de la valeur du bien. Il existe également plusieurs exceptions à l’impôt sur la fortune. Par exemple, les personnes à faibles revenus dont la valeur du bien est inférieure à 43 253 euros seront exonérées. Les membres de la famille qui sont à la charge des contribuables assujettis à l’impôt sur la fortune bénéficient également d’une réduction du taux d’imposition. Bien que l’impôt sur la fortune soit moins élevé en Espagne que dans d’autres pays européens, il est important de savoir quel taux s’applique à vous.

3. Quels sont les taxes et les coûts liés à la vente d’une maison en Espagne en 2023 ?

Si vous envisagez de vendre une maison en Espagne en 2023, vous vous posez probablement de nombreuses questions sur les taxes et les coûts liés à la transaction. Il convient de garder à l’esprit certains facteurs importants lorsqu’il s’agit de vendre une maison en Espagne. Tout d’abord, les vendeurs potentiels en Espagne doivent s’acquitter d’une taxe lorsqu’ils vendent leur bien. Cette taxe, imposée par le gouvernement espagnol, dépend de l’État dans lequel se trouve le propriétaire et peut varier de 4 à 13 %. Il existe également d’autres coûts, tels que les honoraires d’avocats, les frais de notaire, les droits de mutation, les droits d’enregistrement et les coûts pour le vendeur et l’acheteur qui peuvent varier en fonction de l’État dans lequel la transaction a lieu. Si vous financez la vente de votre logement par un prêt hypothécaire, des frais de clôture peuvent également s’appliquer. Dans l’ensemble, il est judicieux de rassembler autant d’informations que possible sur les différents impôts et taxes en Espagne avant de vendre sa maison, afin de s’assurer que la transaction se déroule sans heurts et de manière économique.

4. Quelles sont les taxes applicables aux non-résidents lors de la vente d’un bien immobilier en Espagne ?

Si vous souhaitez vendre un bien immobilier en tant que non-résident en Espagne, vous devez tenir compte de plusieurs taxes. Tout d’abord, vous payez un droit de mutation, dont le taux a augmenté ces dernières années. Deuxièmement, vous êtes soumis aux droits de mutation après la vente du bien, avec des taux variant entre 8 % et 11 %, selon l’autonomie. Vous devez également payer un impôt sur les plus-values lorsque vous vendez un bien immobilier. Cette redevance dépend du montant collecté. Enfin, il existe en Espagne un impôt sur les plus-values, dont le taux varie entre 0,2 % et 2,5 %.

Vous voulez en savoir plus sur l’immobilier en Espagne ?

Laissez une réponse

Comparer les annonces